Accéder au contenu principal

Adieu à l'un des vénitiens les plus vénitiens des cinquante dernières années : Alfredo Borsato

 
© Michele Scibilla - 17/06/2017

Triste temps sur Venise ce vendredi. Non pas tant que le ciel fut maussade et le soleil frileux, il faisait très beau. Mais il pleuvait dans le cœur de nombreux vénitiens : La disparition subite de l'un des leurs, emporté à l'improviste par un infarctus, laisse un vide et beaucoup de tristesse.

Le disparu se nome Alfredo Borsato. Il est mort chez lui, dans le salon de sa maison de Santa Maria Nova, alors que se déroulait sous ses yeux d'amateur passionné, le match de la Reyer, son équipe favorite, qui s'acheminait vers la victoire contre les joueurs de Trento. Il avait 86 ans. Il était bien connu à Venise pour tout ce qu'il y avait entrepris depuis de nombreuses années. la création de la remiera Settemari, l'invention du prix Il Veneziano dell Anno... Ses obsèques qui devaient avoir lieu aujourd'hui dans la merveilleuse église des Miracoli, bijou Renaissance qu'il pouvait voir des fenêtres de son domicile  sur le rio éponyme, se sont déroulées finalement dans la basilique San Zanipolo, au vu de la multitude des personnes pressenties pour accompagner le défunt. Des obsèques de doge.

Pour les lecteurs de TraMeZziniMag qui ne le connaitraient pas, Alfredo Borsato est donc l'inventeur du prix "Veneziano dell'anno", remis pour la première fois en 1978, sous l'administration de Mario Rigo, le maire de l'époque et qui en fut lauréat en 1980). Parmi les derniers lauréats en date, la très sympathique Beatrice (dite Bebe) Vio, championne paralympique d'escrime à Rio de Janeiro en 2016 et le musicien Pino Donaggio, natif de Cannaregio à qui l'on doit quelques unes des plus belles mélodies et musiques de film de ces derniers vingt ans. Comme s'accordent à le rappeler tous ceux qui l'ont connu, c'était un "super vénitien", un "vénitien unique", "speciale" disent aussi les gens quand ils veulent parler de quelqu'un de grande valeur. Bref, un grand monsieur. Mario Rigo le précise quand il s'exclame : "Le vrai vénitien, pas seulement de l'année mais des 50 dernières années, c'est lui Alfredo !."


C'était un homme jovial, doté d'un caractère bien trempé et pas toujours facile. Un amoureux de la Sérénissime, mais pas un de ceux qui pleurent la splendeur passée et se lamentent sur ce monde qui va mal. Il faisait partie de cette catégorie hautement représentée à Venise, des âmes fortes qui ne cessent de croire que le meilleur est toujours possible, qu'il faut sans cesse aller de l'avant. Inventer en restant fidèle. Vénitien de sang et de cœur, il manquera dans le paysage lagunaire. Nombreux ont été les hommages prononcés sur les réseaux sociaux. 


Toute l'association Settemari était là, et de nombreuses autres, des gens connus ou des inconnus, des voisins et des étrangers. Grande émotion lorsque la diesona (gondole à dix rameurs) de la remiera, s'ébranla, portant le catafalque couvert de fleur, devant la foule assemblée. Un dernier hommage rendu à une personnalité hors du commun. Les applaudissements fournis et l'alzarami, le salut des bateliers, au passage de sa dépouille et tous ceux qui suivirent le cortège funèbre jusqu'à son ultime demeure en sont la preuve vivante. 
vidéo © Panathlon Venezia - Facebook.

Commentaires